Mis en ligne le par  dans la catégorie Conseils pour les traducteurs.

Le Colpron

À l’ère de l’informatique, la question se pose toujours : les traducteurs et les rédacteurs doivent-ils continuer de faire l’achat de dictionnaires, grammaires et autres ouvrages de références en version papier, ou bien s’ils ont à leur disposition suffisamment d’ouvrages en ligne? Personnellement, j’utilise les deux.

Le Colpron

 Évidemment, l’utilisation de dictionnaires en ligne permet une bien plus grande productivité. Mais ces sources sont-elles fiables? Et leur utilisation suffit-elle à rédiger des textes sans fautes?

Les dictionnaires en ligne disponibles gratuitement

Vous trouverez une liste plus extensive de ces dictionnaires, accompagnée de mes commentaires sur mon expérience en tant que traductrice-rédactrice dans mes billets Les dictionnaires bilingues et multilingues offerts gratuitement en ligne et Quels sont les meilleurs dictionnaires unilingues gratuits en ligne? Comme vous le savez probablement, de nombreux outils d’aide à la rédaction sont disponibles gratuitement en ligne, et plusieurs de ceux-ci sont des sources fiables. Pour n’en nommer que quelques-uns, mes préférés sont le Grand Dictionnaire Terminologique de l’Office québécois de la Langue française (OQLF), qui est la référence du gouvernement provincial, sa banque de dépannage linguistique, puis Termium Plus, la référence du gouvernement fédéral, et son dictionnaire des cooccurrences. J’utilise à l’occasion les sites de conjugaison française, de synonymes, le Larousse. Il existe également de nombreux dictionnaires anglophones (OneLook), hispanophones (DRAE), bilingues, et multilingues en ligne (WordReference).

Les ouvrages en version imprimée qui sont indispensables

Le Ramat de la Typographie

Cependant, il existe aussi des ouvrages très pertinents pour les rédacteurs francophones qui ne sont disponibles ni en ligne ni sous version numérique. Parmi ceux-ci, nommons Le Guide Le Français au Bureau, Le Mertens, Le Grand dictionnaire des Coocurrences, le Multi-Dictionnaire, Le Ramat de la typographie, Le grand dictionnaire étymologique Larousse, Le Colpron, Le Robert et Collins français-anglais.

Certains éditeurs, certaines années, vendent en combiné la version papier et la version numérique pour un prix raisonnable. Pour ceux qui, comme moi, aiment parfois travailler dans un café sur un portable, sans être obligé de traîner une pile de gros dictionnaires, voilà une solution pratique!

Pour rédiger sans faute

On ne le dira jamais assez, avoir en sa possession de bons ouvrages de références n’est pas suffisant pour rédiger des textes sans faute. Encore faut-il savoir bien se servir de toutes ces ressources et se tenir au courant de l’évolution de la langue! Personnellement, j’aime bien faire des lectures dans le domaine pour me perfectionner. Outre quelques blogues de traducteurs que je lis avec assiduité, je suggère aux intéressés Les capsules linguistiques de Guy Bertrand, La Puce à l’oreille de Claude Duneton, Le millepatte sur un nénufar (Vadémécum de l’orthographe recommandée) produit par le RENOUVO, et les Chroniques de la langue de Termium Plus, dont certaines pages sont disponibles en anglais et en espagnol.

Et vous, est-ce que vous limitez votre bibliothèque aux ouvrages imprimés ou bien à ceux en ligne? Que préférez-vous? Je serais ravie que vous me fassiez part de votre opinion sur le sujet. Laissez-moi des commentaires dans la section dédiée au bas de cette page. Je vous répondrai rapidement, sans faute!

 

Mariko Beaupré

Traductrice-rédactrice

Share Button

Une Réponse à “Que préfère le traducteur : les dictionnaires en ligne ou papier?”

  1. Anne-Marie Benoit

    Bonjour.
    Le Ramat de la typographie sera vendu en numérique à compter du 22 septembre (il est déjà annoncé chez Archambault).
    Merci de recommander le Ramat dans votre site.
    Anne-Marie Benoit
    Coauteure et éditrice de cet ouvrage

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)