Mis en ligne le par  dans la catégorie Blogue, Conseils pour les rédacteurs, Conseils pour les traducteurs.

téléchargement

Vous êtes travailleur indépendant? Vous travaillez à votre compte en tant que rédacteur, traducteur, réviseur ou autre? Dans ce cas, il vous arrive sans doute d’avoir des périodes creuses, comme c’est le cas pour tout travailleur autonome. Pour certains d’entre vous, ne pas avoir de contrats vous cause de l’urticaire. Je le sais parce que pour moi aussi, c’était le cas, à mes débuts. Mais plus maintenant ; avec l’expérience, on acquiert une certaine sagesse. (Heureusement!)

 

Mes trois années en tant que travailleuse autonome m’ont appris que les périodes creuses ne sont pas une excuse pour angoisser. Au contraire, c’est l’occasion de respirer un brin et de faire les choses qu’on n’a pas pris le temps de faire dans les dernières semaines, rush oblige. Voici donc une liste de tâches que je m’efforce d’accomplir lors de mes périodes creuses.

 

Se reposer

Certains clients croient que je suis une superwoman. Enfin, je crois, parce qu’ils me donnent des délais inhumains. Mais il reste que j’ai effectivement besoin de repos, autant que n’importe qui, salarié ou non. Comme on le raconte dans une blague de traducteurs sur ce blogue: trop souvent, les traducteurs travaillent même la fin de semaine. Ma règle d’or, c’est de prendre congé le samedi. Mais comme je travaille souvent le dimanche, je me permets parfois de prendre quelques jours de congé pendant la semaine, question de recharger mes batteries. Les périodes creuses sont donc l’occasion rêvée de prendre un peu de temps pour soi. Il vaut mieux se reposer que de tomber malade.

 

Suivre des cours de perfectionnement

Les traducteurs qui travaillent en agence ont la chance d’évoluer dans un environnement où ils sont très encadrés, où les traducteurs débutants peuvent apprendre de ceux qui ont plusieurs années d’expérience. Les traducteurs indépendants doivent compenser ce manque en faisant de la formation continue.

Plusieurs institutions offrent des cours aux traducteurs, rédacteurs et réviseurs. L’OTTIAQ, qui est connu de tout traducteur qui se respecte, donne plusieurs cours en ligne pour les langagiers. Magistrad offre des cours de perfectionnement en traduction. Leurs cours sont données en salle et devant un groupe. Notons aussi les formations du CTTIC qui sont dédiées aux langagiers.

Vous ne travaillez pas en langues? Renseignez-vous pour savoir si des cours de perfectionnement sont offerts dans votre domaine. il n’est pas toujours nécessaire de retourner à l’université pour apprendre.

 

Participer à des activités de réseautage (à l’intérieur et à l’extérieur de son industrie)

La CLEF, qui s’appelait anciennement l’ATAMESL, offre des brunchs et des cocktails pour les langagiers. Ils ont aussi mis sur pied un congrès des langagiers qui se donne une fois par an au printemps depuis 2014. Il s’agit d’une excellente façon de voir des collègues, d’assister à des conférences et de partager sur l’industrie de la traduction. Notons aussi le congrès annuel de l’OTTIAQ qui a lieu en novembre. (Mais habituellement, novembre n’est pas une période creuse, ce qui explique pourquoi je n’y suis jamais allée.)

 

Outre les événements de réseautage entre langagiers, il est important de faire aussi du réseautage ailleurs, là où vous aurez plus de chances de trouver vos futurs clients et de dénicher des contrats. Informez-vous pour savoir s’il existe des regroupements ou des associations dans vos champs de spécialisation ou dans vos domaines de prédilection. Par exemple, vous aimeriez traduire des livres de recettes ? Alors pourquoi ne pas participer à des cours de cuisine et à des concours culinaires? Vous désirez traduire des romans ? Inscrivez-vous dans un club de lecture et à des conférences d’auteurs à la bibliothèque de votre quartier! Vous êtes passionné de jardinage et vous aimeriez traduire des livres qui traitent de botanique ? Il existe sans doute des ateliers de jardinage ou d’autres activités auxquelles vous pourriez participer ! Peu importe ce qui vous passionne, il est possible d’augmenter vos connaissances dans ce domaine, et une période creuse est le moment idéal pour le faire!

 

Voir des collègues et lire des ouvrages d’experts dans son domaine

Vous pouvez également choisir de sortir avec des collègues que vous connaissez déjà. Ils pourraient avoir besoin de sous-traitants lorsqu’ils seront débordés, et si l’occasion se présente, vous pourrez leur rendre la pareille.

Je conseille aussi de lire des livres et des blogues de traduction. Cela présente le double avantage de vous aider à garder vos connaissances à jour et de vous rendre plus visible en laissant des commentaires sur les blogues d’experts dans le domaine. Pour les traducteurs qui souhaitent une lecture légère pour combler leur temps mort, je suggère un livre pas trop sérieux, (enfin, il parle de choses sérieuses mais de façon comique): le livre de Mox.

 

Mettre à jour son site Web et son blogue d’entreprise

On l’oublie trop souvent : l’image de marque d’un traducteur passe par la mise à jour de son blogue et de son site web d’entreprise, de sa carte professionnelle, de sa brochure et de tout autre outil promotionnel. Nous, langagiers, avons tendance à créer des textes parfaits avec minutie en négligeant l’aspect visuel. Pourtant, la plupart des gens sont plus visuels qu’auditifs; il faut donc en tenir compte lors de la création de vos outils promotionnels. N’hésitez pas à faire appel à un graphiste ou à une agence marketing pour vous aider.

 

J’espère que ces quelques conseils vous seront utiles lors de votre prochaine période creuse. Surtout, gardez à l’esprit qu’il est inutile de paniquer. Si vous craignez de manquer d’argent par manque de contrats, investissez plus de temps en prospection et plus d’argent en publicité (mais le réseautage et le bouche-à-oreille sont les meilleurs moyens de trouver des contrats en traduction). Faites des suivis avec vos clients actuels et avec vos anciens clients avant d’offrir vos services à de nouveaux clients potentiels. Si vous êtes langagier et que vous aimeriez obtenir plus d’informations sur le réseautage et le marketing de vos services, je vous suggère ces deux formations en ligne données par l’OTTIAQ : Clé de réussite en réseautage et Le marketing des services.

 

Si vous n’avez aucun nouveau contrat depuis deux mois et que vos économies vont manquer, cherchez un emploi à temps partiel pour ne pas angoisser. Ne jouez pas les héros : un mauvais dossier de crédit vous suivra longtemps. Il vaut mieux piler sur son orgueil et faire ce qu’il faut pour ne pas faire faillite. Et puis, être dans l’action vous aidera à réduire l’anxiété dû au stress financier. Et je sais de quoi je parle…

 

N’hésitez pas à me laisser des commentaires et à partager vos trucs dans la boîte ci-dessous. Il me fera plaisir de vous lire.

 

Mariko Beaupré

Traductrice- rédactrice indépendante

Share Button

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)