Mis en ligne le par  dans la catégorie Portfolio.

yoga

Je fais du yoga depuis 2010, et j’aime tellement ça que j’ai décidé d’écrire un billet sur le sujet, en espérant vous inspirer à prendre soin de vous!

 

Mon premier cours de yoga Bikram

 

Lorsque j’essaie d’expliquer à mes amies l’importance du yoga dans ma vie, j’ai parfois du mal à trouver les mots justes. J’ai beau leur répéter que non, le yoga n’est pas qu’une série de postures complexes, que ça ne se limite pas au corps physique ; j’ai rarement des exemples concrets en tête pour leur illustrer mon point. Or, il m’est arrivé récemment un moment de clarté hors du commun pendant une séance de yoga, et j’ai pensé leur en faire part dans ce billet.

J’avais arrêté de suivre des cours de yoga pendant environ un an, et tout à coup, j’ai décidé que j’allais essayer le Bikram Yoga. Bien que j’aie déjà pris quelques cours de yoga chaud auparavant, je n’avais jamais fait de Bikram.

Le cours débute. J’ai chaud. Très chaud. Je respire du mieux que je peux. J’ai tellement soif que j’ai peur de tomber dans les pommes, et je commence vraiment à me demander pourquoi est-ce que je suis venue. Mis à part la chaleur excessive, ça se passe relativement bien pour les premières postures. Mais ensuite, ça se gâte.

On nous demande de faire des postures que je ne maîtrise pas du tout, que je n’ai à peu près jamais faites dans mes cours de Hatha Yoga. Au milieu du cours, je me sens carrément empotée. Pire, je me rends compte que mon surpoids réduit considérablement ma souplesse, que mes cuisses sont énormes, mes chevilles sont trop faibles, et mon équilibre, presque inexistant. Je lève les yeux, et j’aperçois des femmes très minces en bikini, qui semblent toutes maîtriser parfaitement chacune des postures demandées.

Soudain, je me rappelle pourquoi j’avais cessé de pratiquer le yoga. Ça me faisait me sentir grosse et moche. Incompétente. Inférieure. Je me maudis intérieurement d’avoir eu envie de recommencer ce calvaire.

Je me couche sur le ventre, pour suivre le groupe. Je grimace parce que cette posture est très inconfortable quand on a des seins comme les miens. Je me demande si mon décolleté n’est pas trop indécent. Et là, juste au moment où je me dis que non, que c’est fini pour moi le yoga, que jamais plus je ne reviendrais, ni pour le Bikram, ni pour aucun autre type de yoga, juste à ce moment-là, je lève la tête, les bras et les jambes, et je vois une des plus belles images de ma vie.

Sur mon tapis, à quelques centimètres de mon nez, deux mèches de mes cheveux forment un cœur parfait. J’ouvre grand la bouche devant ce signe qui n’est sûrement pas le fruit du hasard.

D’un coup, je me souviens de ce que j’étais venue chercher ici. Que non, ce n’est pas en se comparant aux autres qu’on devient zen. Que ce n’est pas en ressentant de la honte pour ses faiblesses qu’on fait du progrès. Que ce n’est pas en désirant à tout prix avoir un corps d’athlète aujourd’hui même qu’on est heureuse. Que ce n’est pas nécessaire d’attendre que les autres nous applaudissent pour être fière de soi. Et que oui, c’est possible de s’aimer malgré nos imperfections physiques, de s’aimer pour qui on est, tout simplement.

Je prends une profonde inspiration et je ressens une vague d’amour pour moi-même. Puis, je verse quelques larmes de joie pendant mon Savasana final.

Voilà ce que représente le yoga pour moi. C’est une façon de me connecter à moi-même, d’apprendre à m’accepter telle que je suis et à m’aimer vraiment, tout en persévérant pour m’améliorer, un pas à la fois. J’ai enfin compris que j’ai le droit d’être fière de moi, même si je ne suis pas parfaite. Et c’est avec cette attitude que je retournerai faire du Bikram Yoga à l’avenir. Sans me juger, sans me brusquer. En me promettant d’être patiente et douce avec moi-même. Et surtout, en gardant la tête bien haute. Je peux être fière de qui je suis.

 

Mariko Beaupré

Traductrice-rédactrice et yogini

 

Ce texte a été publié originellement sur le blogue Mon Yoga Virtuel sous le titre Ce que le yoga représente pour moi le 4 février 2014.

Share Button

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)